Rejoignez nous

Adhérez à l'ANACR

L’avenir de l’ANACR se joue maintenant, et il se dessinera sans nos amis résistants qui sont de moins en moins nombreux et pour beaucoup dans l’incapacité de se déplacer, voire de témoigner. Et pourtant, il faudra bien continuer notre mission de passeur de mémoire et de transmetteur des valeurs de la Résistance et de la République.


Par ailleurs, la montée des extrême-droites en Europe et en France, ainsi que le terrorisme qui voudrait mettre à mal notre société, nous obligent à poursuivre sans relâche nos missions auprès de la population et de la jeunesse en particulier. C’est pourquoi il nous faut recruter pour durer et intensifier notre travail. Chaque membre de l’ANACR se doit de chercher et de motiver des adhérents potentiels.


Vous êtes passionné par l’histoire de la Résistance et par le monde d’aujourd’hui.
Vous êtes passionné de photos, de dessin, de peinture, de graff.
La vidéo vous intéresse (recueillir des témoignages, filmer des reconstitutions historiques).
Vous seriez partant pour faire l’acteur, écrire des scénarios, lire des textes.
Vous êtes musicien, chanteur, poète, …
Vous voulez organiser des fêtes, des soirées, des randonnées, des sorties historiques ; élaborer des projets innovants.
Vous avez des compétences en informatique, vous pouvez créer des applications, travailler sur des projets Internet.
Vous avez des idées pour transmettre la mémoire, vous êtes volontaire pour être porte-drapeaux.
Vous voulez oeuvrer contre les résurgences du passé, le négationnisme, les récupérateurs de la Résistance, de la Marseillaise où des grandes figures que sont de Gaulle et Jean Moulin, par le biais de l’histoire de la Résistance. (…)


Alors l’ANACR peut vous accueillir, quel que soit votre âge, du plus jeune au plus ancien. Chacun y a sa place et le travail peut être varié car tout est à inventer pour que ne s’éteigne jamais la flamme de la Résistance.
Nous vous attendons donc, vous, vos compétences et envies, pour insuffler du sang neuf, des idées neuves pour la Liberté, la Fraternité, l’Egalité, la solidarité et l’optimisme si cher à nos anciens.

 

Pour adhérer ou simplement vous renseigner, contactez nous ICI

Ou envoyez un mail à jean.claude.herbillon@gmail.com

 

Pour mieux comprendre ceux qui ont adhérés à l'ANACR Jura, vous trouverez ci-dessous des témoignages de nos adhérents

Témoignage de Michel Bussière

Michel Bussière ANACR JuraPour moi, l’engagement à l’ANACR à débuté en 2007. Mon épouse déjà impliquée, me parlait souvent de ce qui s’y passait, de l’ambiance, de la convivialité, et des manifestations.

Le sujet revenait souvent à la maison, elle me racontait régulièrement ce qu’elle faisait. Et puis un beau jour j’ai assisté à une de ces cérémonies, le climat, l’ambiance et la fraternité ont eu raison de moi. J’adhérai donc à l’ANACR NJ.

Dés lors, toutes les émissions télévisées, films et autres documentaires nous intéressaient. De plus, mon père, engagé pour la durée de la guerre à Zuydcoote et ma mère, enjôlée à 18 ans dans le S.T.O à Kallmünz à 1 heure de Nuremberg, n’ont fait qu’accroitre mon désir de m’impliquer dans l’association.

Ancien militaire engagé, j’éprouvais une certaine fierté à côtoyer des autorités civiles et militaires ainsi que des responsables d’associations patriotiques.

Le Président de l’ANACR NJ de l’époque et Résistant de surcroit, Fernand IBANEZ, souhaitait me donner la fonction de porte-drapeau suppléant, ce que j’acceptais sans hésiter. Puis les choses s’accélèrent rapidement, Le poste de secrétaire étant vacant, je pris cette fonction qui me tient à cœur et que j’effectue avec plaisir. Le porte drapeau titulaire François REBOLLO nous a quitté et de ce fait je devins porte drapeau titulaire, assistant comme tel à toutes les cérémonies patriotiques de Dole et des environs. Hélas la santé de notre Vice-Président qui est aussi maître de cérémonie se dégradant j’ai du le remplacer, souhaitant vivement son rétablissement.

Aujourd’hui j’accomplis mon devoir avec honneur et patriotisme.

Témoignage de Pierrette Bussière

Pierrette Bussière ANACR Jura

L’aventure commence en 2001 :
Notre commune organisant la cérémonie « du bois des Ruppes » le maire de l’époque, parti aux Etats Unis et bloqué pour les évènements du 11 septembre, me demanda en tant que 1 er adjoint, si je pouvais le remplacer et j’ai accepté sur le champ.
J’ai participé aux préparations et là, j’ai rencontré des hommes d’une grande valeur humaine, toujours humbles par rapports à leur rôle dans la Résistance : ambiance amicale, conviviale.

N’étant pas de la même génération, je reçu un accueil chaleureux et tout de suite acceptée. De même, les adhérents prenant de l’âge, ils me sollicitèrent pour devenir leur Trésorière. Chaque année, en leur envoyant leur carte d’adhérent , souvent en retour un petit mot me remerciant pour ce que je fais pour eux, si minime, par rapport à leur héroïsme.

Dans le contexte des choses, j’ai entraîné mon mari, intéressé par toutes les informations sur l’Association, et qui devint leur porte –drapeau.
Attirée par cette Association de Résistants, je me sentais un dû envers leurs engagements et leurs actions qu’ils ont menés pour notre Liberté – Mon père, de leur génération, était aiguilleur SNCF et nous racontait souvent les faits de résistance à la SNCF . Lui, a été fait prisonnier de guerre en Allemagne dans une ferme, une période qui l’a marqué et  souvent notre famille parlait des agissements pendant la guerre et les privations.

Bientôt 20 ans, beaucoup sont partis. Je garde un excellent souvenir de chacun, de leur gentillesse, leur simplicité, et leur courage : ils restent mes héros.

Témoignage de Jean Faivre

Jean Faivre ANACR JuraDevenir ami de la Résistance,s'est imposé...comme une évidence !
L'Histoire de la deuxième guerre mondiale nous a enseigné la barbarie nazie,les camps de la mort,la destruction de l'homme.
Adhérer à l'ANACR était une manière de rendre hommage à toutes ces victimes qui ont donné leur vie pour notre liberté,saluer leur courage et leur mémoire.
Je songe à ces fantômes d'hommes et de femmes torturés,affamés, meurtris !
Je songe à ceux qui avaient commis le crime d'être Juif ou tziganes !
Je songe à Jean Moulin,Pierre Brossolette,Raymond et Lucie Aubrac,aux résistants anonymes qui ont porté l'honneur de l'Humanité !
Je songe à Saint Didier,le village où j'habite,pillé,massacré,brûlé le 25 avril 1944 !

Comment rester insensible ?

Plus jamais ça ! (Primo Levi) Bien sûr ! A condition que nous prenions garde : « le ventre est encore fécond d'où est sortie la bête immonde » 

Prenons garde ,la démocratie est fragile !
De nos jours circulent toujours des idées qui tuent comme une balle de revolver,des préférences nationalistes,des dogmes intégristes qui prétendent enfermer des peuples dans l'obscurantisme,des choix de société qui ressemblent à des barbelés !

Soyons vigilants,ce que fait l'ANACR ,où j'ai trouvé des passeurs de cette mémoire qui doit vivre, des partisans d'une citoyenneté qui garantisse à tous la liberté absolue de conscience,l'égalité des droits,la justice,la solidarité.

A la lumière du passé et de ses enseignements, l'ANACR s'engage pour construire ensemble un XXIème siècle qui soit celui de la fraternité et que reviennent...les jours heureux !

Mobilisez vous ! Rejoignez nous !

Témoignage d'Hubert Paly

Hubert Paly ANACR Jura

Voici quelques années le congrès de Limoges avait donné aux amis de la résistance les mêmes attributions, mais surtout les mêmes devoirs. Le congrès de Marseille, a, en quelque sorte, entériné cette décision.
Par leur présence accrue, les AMIS ont démontré qu’ils étaient fiers et honorés du rôle qui leur était confié. Ce qui n’empêche pas les Amis de continuer à penser, que les droits, c’est vous les résistants qui les avez acquis: pour avoir eu le courage de désobéir à un gouvernement collaborationniste au risque de votre vie et celle de votre entourage, par votre bravoure, qui a permis de rendre la République à la France et pour qu’elle ne devienne pas un pays vassal d’une grande puissance, quelle qu’elle soit, pour avoir contribué à l’élaboration du programme du C.N.R. avec toutes les avancées sociales qu’il comptait. Tout cela, c’est vous et vous seuls qui l’avez fait, et sur ce point personne, même pas les Amis ne pourront jamais dire «JE».

Par contre, pour ce qui est des devoirs, les Amis auront à coeur de rappeler sans cesse aux générations futures, la belle page d’histoire que vous avez écrite. Il leur appartient aujourd’hui de veiller à ce que rien de ce que vous avez accompli ne soit dénaturé ou trahi. Nous savons que de nos jours les négationnistes et tous ceux qui ont intérêt à faire oublier les valeurs de la résistance  ne manquent pas.


Notre adhésion nous impose de faire tout notre possible pour sauvegarder les acquis du programme du C.N.R., de veiller à la pluralité de l’A.N.A.C.R., qui a permis la réalisation de ce programme une fois tous les groupes rassemblés. Les Amis doivent poursuivre le travail déjà commencé en direction des écoles, des élèves et de leurs maîtres. Les Amis doivent être soucieux du renforcement de l’A.N.A.C.R., pour que plus tard nous soyons aussi nombreux qu’aujourd’hui. 

Le travail ne manque pas, le challenge est exaltant, et c’est pourquoi nous sommes Amis de la Résistance.
En assistant au congrès j’ai retenu cette émotion qui est vôtre, quand vous vous retrouvez entre combattants de l’ombre. Cette émotion palpable pour des yeux attentifs, jamais les amis ne pourront la ressentir comme vous la ressentez, parce qu’elle vous appartient pour toujours.

Témoignage de Danièle Ponsot

Danièle Ponsot ANACR JuraJe n’ai pas connu la 2ème guerre mondiale : question de génération ! Mais j’ai malheureusement connu une autre guerre, celle d’Algérie, pays où j’ai vécu jusqu’en 1962.

De cette triste expérience, j’ai gardé de nombreux souvenirs mais surtout :

  • Une horreur de la guerre, dont Erasme avait pu dire : « La guerre n’est douce qu’à ceux qui ne la font pas ! »
  • Un respect, inculqué par mes parents, pour la population algérienne qui se battait pour conquérir son indépendance.
  • Une incompréhension horrifiée des actes de torture et de déportation découverts grâce à mon professeur d’Histoire, en classe de 1ère, Mademoiselle MOREL, qui nous avait montré des images de la Libération d’un camp de concentration nazi.

Plus tard, mariée à ,Lucien, rencontré en Algérie où il accomplissait son devoir, comme tant d’autres, mais en détestant cette « sale guerre », j’ai constaté qu’ à chacune de ses prises de parole ( il était Président de l’Union Cantonale des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Canton de Chaussin) il dénonçait la bêtise et l’inutilité de la guerre et exaltait des personnalités comme Jean JAURES, Jean MOULIN, et, plus près du Chaussinois et du Bressan qu’il était, Simone MICHEL-LEVY, Ulysse GUILLOT et Robert PETIT.

Quoi d’étonnant que j’aie eu envie d’intégrer l’ANACR, cette belle association découverte lorsque je suis devenus Maire de Chaussin en 2008 ?

En 2013, sollicitée pour prendre la Présidence du Comité de Dole Nord, j’ai commencé par refuser : je ne faisais pas parie du sérail, j’étais d’une autre génération. Mais Fernand IBANEZ, Hubert PALY, Jean-Claude HERBILLON et André ROBERT insistèrent. Hubert avait pu m’entendre lors des manifestations officielles, soulignant la similitude des valeurs qui nous animaient. Alors, j’ai accepté, avec reconnaissance, émotion mais aussi humilité : mes prédécesseurs m’intimidaient beaucoup ! Lucien, déjà très malade, a exprimé avec force sa fierté de me voir à cette place !

Depuis, solidement assistée, dans une ambiance chaleureuse, par les membres du Bureau et du CA, souvent sollicitée par Jean-Claude et Garance HERBILLON, dont le travail n’est plus à démontrer et répondant avec enthousiasme à leurs demandes, j’essaie de bien accomplir mon devoir et de transmettre, surtout auprès des jeunes générations, ce rôle de Passeur de mémoire qui est le nôtre et j’espère garder longtemps la bonne condition nécessaire à la poursuite de cette tâche !