Actions mémoires 2019

Vous trouverez ci-dessous les activité de l'année 2019 les plus marquante de l'ANACR Jura.  2019 est une année riche en événements, en particulier le 75ème anniversaire de la répression et de la libération du Jura et d’une grande partie du territoire métropolitain. 2019 c’est aussi le 80ème anniversaire de la déclaration de guerre à l’Allemagne nazie.

A celles-ci s'ajoutent :

  • la participation aux cérémonies patriotiques dans tout le département tout au long de l'année. L’ANACR compte plusieurs Porte-drapeaux qui se rendent autant que possible aux cérémonies. L’ANACR organise certaines des cérémonies mémorielles sur le territoire jurassien ou aide à les organiser.
  • le 25 mai nous avons été assister à une conférence sur le conseil national de la Résistance au théâtre de Frangy par Michel Debost historien de l’ANACR louhannais.
  •  Courant mai nous avons installé à la médiathèque d’Orgelet l’exposition de l’ONAC Jean Moulin une vie d’engagements.
  • le 6 septembre notre président a participé au café histoire de l’ANACR du louhannais sur la libération de la ville.
  • le 15 septembre s'est déroulé une cérémonie inhabituelle à Bletterans à l’aérostèle où 4 noms d’anciens combattants de la Résistance, Compagnons de la libération ont été ajoutés à la longue liste des noms des Résistants à l’arrivée de Londres via Orion. Il s’agit de : Paul Leistenschneider, Lucien Cambas, Emile Lafon, Claude Lamirault.

  • 3 octobre déplacement à Besançon pour une conférence « l’histoire des années 40 » par Cécile Vast et François Marcot, cela nous permet de nous préparer au sujet du concours 2020.

  • participation le 10 octobre à la conférence sur le préfet Golliard à la préfecture du Jura. Claude Barbier y a présenté sa biographie de ce grand préfet. Deux classes étaient présentes!

 

Panneaux à la médiathèque de Lons, printemps 2019

 Durant 10 jours à la médiathèque de Lons-le-Saunier nous avons présenté 3 panneaux d’exposition pour informer de l’histoire et des cérémonies pour le 75ème anniversaire de la tragédie de Saint-Didier, des assassinats de Jean Michel, de Jean-Paul Guyot et du commandant Foucault chef de l’armée secrète.

Il était important pour nous de rendre visible l'histoire de ces drames et d'inviter la population à participer aux cérémonies. Il n'y a pas de "petites actions" dans le devoir de Mémoire!

Panneau exposition AlièzePanneau exposition Saint-DidierPanneau exposition assassinats

Veillée Mémoire, Saint-Didier , 24 avril 2019

 Le 24 avril est le jour de la traditionnelle veillée mémoire à Saint-Didier la veille de la cérémonie commémorant la tragédie qui a touché le village.  Cette année  c'était la projection du film « faire quelque chose » de Vincent Goubet. Ce film documentaire sur l’engagement en Résistance peut servir dans le cadre du concours national de la Résistance et de la déportation de 2020 notamment. On y retrouve les témoignages de nombreux résistants.

Comme de bien entendu ici tout se termine par un verre de l’amitié, peut être même le verre de la solidarité.

24 avril 2019 Saint-Didier24 avril 2019 Saint-Didier24 avril 2019 Saint-Didier

Interventions à l'école Bernard Clavel de Lons

 Le 2 mai et le 21 mai Jean-Claude Herbillon est intervenu dans une classe de CM2 de l’école Bernard Clavel de Lons. La résistance racontée comme une histoire avec présentation de multiples documents, affiches, cartes ligne de démarcation, fausse carte d’identité, …

La seconde seconde intervention avait pour but de préparer les jeunes à leur participation à la cérémonie du 27 mai : explication des symboles lors d’une cérémonie, déroulé.

27 mai journée nationale de la Résistance 2019, Dole

27 mai 2019 Dole

A Dole l’ANACR était maitre d’œuvre de cette journée riche où se trouvait le sous préfet et les autorités. Une première cérémonie a eu lieu dans le hall de la mairie de Dole vers la plaque dédiée à la Résistance.

La seconde s’est tenue sur le parvis de la Gare où Michel Bussières secrétaire du comité a notamment retracé le parcours des cheminots dont le nom figurait sur la plaque. Enfin une grande cérémonie au bois des Ruppes à Brevans.

De plus, la veille, le comité de Dole, accompagné par le maire de Dole a déposé des fleurs aux plaques de rue dédiées à des Résistants. Je le redis, c’est une idée à étendre à d’autres lieux.

27 mai journée nationale de la Résistance 2019, Saint-Claude

A Saint-Claude une cérémonie a eu lieu dans la cours de la Fraternelle, devant la plaque dédiée à la Résistance. Mme la Sous préfète était présente avec les autorités. C’est René Lançon président du comité qui a pris la parole pour l’ANACR et Mme la sous préfète a lu le message de la secrétaire d’état. Plusieurs élèves du lycée sont venus pour porter les drapeaux. Pour aider ce comité c’est Garance Herbillon qui était monté pour animer la cérémonie et à la demande de René Lançon chanter le chant des partisans. 

Quatres de nos anciens étaient présents avec Nous, Jean Machuron, Jean Bourgeat, Gino Lazzarotto, Louis Vilpini! Merci à eux!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intervention de René Lançon: 

 Il y a 75 ans, d'avril à juillet 1944, la région de Saint-Claude subit d'importantes opérations de représailles de la part des troupes allemandes.

Elles interviennent devant la difficulté des forces répressives françaises à contenir la montée en puissance des forces du maquis.

C'est une répression sauvage qui s'abat, avec, rien que pour le mois d'avril 1944
444 arrestations (dont 340 sur Saint-Claude), 36 exécutions, 110 maisons incendiées.

On peut déborder de Saint-Claude pour énumérer le bilan de ces années noires dans le département du Jura, qui comptait environ 200 000 habitants à l'époque : 289 internés, 1231 déportés dont 671 non rentrés, 631 fusillés, 126 tués au combat.

Devant ce qui n'était pas tolérable, il fallait savoir dire non à l'un des plus vil régime de l'histoire de France, à cet ordre nouveau qui allait être un efficace pourvoyeur de la solution finale.

Ce refus à Saint-Claude et dans la région est signé dès 1940 par quelques individus issus de la coopérative ouvrière "La Fraternelle" et d'autres venant d'horizons politiques et confessionnels divers.

Cette minorité grandit et elle ne deviendra ensuite le Maquis que grâce au milieu San claudien qui jouera un rôle décisif à travers les liens étroits et familiaux entretenus avec toute la population du Haut-Jura, acquis dans sa grande majorité aux idées de résistance, constituant ainsi une véritable résistance civile.

On peut retenir les dates des 13, 14 et 15 mars 1943 où pendant ces 3 jours, la population San claudienne manifesta son opposition à trois aspects jugés les plus odieux du régime de Vichy : Le STO, la milice, la répression policière.

Mais écoutons la voix de Charles Fournier-Bocquet, lieutenant-colonel FFI, ancien chef de bataillon de la première armée et qui fut secrétaire général de l'ANACR.

La Résistance, il faut d’abord, pour la comprendre, savoir qu’elle ne fut pas le fait d’une élite, d’une poignée de héros dominant la foule. Elle eut ses organisations, ses mouvements nombreux... S’il est normal que les membres homologués de ces mouvements se voient attacher le titre de résistants, il faut penser que dans cette armée-là, aussi, comme dans toutes les autres, pour un soldat qui se battait, au sens habituel du terme, pour un FTP dans un groupe de sabotage, pour un combattant de l’Armée Secrète dans un maquis, il y avait d’autres "soldats sans uniforme".

Il fallait mener l’action, bien sûr, mais il fallait aussi renseigner, se cacher, cacher les camarades, prendre les mesures de sécurité répondant à la rigoureuse vigilance, fabriquer les faux papiers d’identité, pour les combattants des villes changer souvent de "planques", se ravitailler dans un pays souffrant de la famine ; il fallait recruter, informer, exalter, publier journaux, tracts, papillons, cacher des aviateurs alliés abattus sur notre territoire, renseigner les Alliés sur les mouvements des troupes allemandes, démoraliser celles-ci par un harcèlement de plus en plus généralisé, y compris le harcèlement moral. Tout cela était un combat. Il fallait soigner clandestinement les blessés, secourir les familles des fusillés, des déportés, cacher les enfants ou adultes juifs, sauver et entraîner dans la lutte les réfractaires au Service du Travail Obligatoire.

Or, cela ne fut possible que grâce à un afflux toujours croissant de bonnes volontés…

Les survivants, vous le savez, raconteraient tous l’histoire du passant qui vous prévient qu’il faut éviter le prochain carrefour, des inconnus qui ramassent les tracts jetés dans la rue et les diffusent à leur tour, de la porte qui s’ouvre au dernier moment devant un traqué, des gamins qui montent dans les bois prévenir le maquis que les Allemands arrivent, des moteurs sabotés dans tel atelier où n’existe pas un seul résistant connu des chefs de mouvements…

Cependant, souvenons nous que bien des résistants ont vécu comme des bêtes pourchassées, avec la conscience que tout pas en arrière était impossible. On entrait dans la Résistance, mais on n'en sortait pas, (sinon à tout risquer : la mort, la torture.)

Il faut aussi rappeler que seule l’unité pouvait apporter l’efficacité et le succès, mais l'unification des mouvements ne s'est pas faite par magie.

Les résistants n'avaient pas écrit dans leur tête dès 1940 et à l'avance, l'histoire des années qui viendraient jusqu'à la libération. Les résistants étaient multiples par leurs origines, leurs idées, leurs projets, et il a fallu beaucoup de discussions et de compromis pour parvenir à l'unité qui devait aboutir au Conseil National de la Résistance et à son programme.

Il convient de rappeler que ce programme diffusé en mars 1944, il y a 75 ans, a servi de projet de gouvernement au Général de Gaulle dès la libération du territoire. Ce programme visionnaire, élaboré dans la clandestinité, conduisit à la mise en œuvre de réformes économiques, sociales et politiques donnant la priorité à l’accès à l’éducation pour tous et posant les bases d’un modèle social qui est aujourd’hui le notre. Il inspira également la rédaction du préambule de la Constitution de la 4ème République qui fait parti des textes fondamentaux de notre droit actuel.

Ce magnifique élan qui naquit dans la détresse, faible dans ses débuts, mais qui se développa avec l'ampleur que l'on connait, permettra à De Gaulle de dire que ce serait toujours l'honneur de la Résistance d'avoir voulu faire d'un pays prostré, humilié et opprimé, un peuple fier et libre qui pu par la suite sauvegarder son indépendance.

Rappeler ce 27 mai, comme nous y invite la loi instituant la Journée Nationale de la Résistance, les valeurs humanistes, démocratiques et patriotiques, qui inspirèrent les résistants, s'inscrit dans le devoir de mémoire à l'égard des combattants de cette époque dont beaucoup de jeunes.

C'est aussi pour répondre au besoin de mémoire dans un monde qui connait toujours : les guerres, le racisme, la xénophobie, les atteintes aux libertés et à la dignité humaine, la torture, la résurgence du fascisme, les actes de barbarie du terrorisme, qu'il faut se dresser sans faillir à l'exemple des Résistantes et Résistants.

S'agit-il de faire la leçon aux générations qui suivent et de leur dicter leur conduite, de leur indiquer leur devoir ? Cela n'est dans l'esprit d'aucun résistant. Aidons les à s'approprier les connaissances historiques et faisons leur confiance.