Congrès départemental 2 octobre 2010

Compte rendu du Congrès de l' A.N.A.C.R. Jura - 2 OCTOBRE 2010

 

Ouverture : M. René LANÇON, Président du Comité ANACR de Saint Claude-Morez

 

       M. Lançon ouvre le congrès, placé sous la Présidence d’honneur de M. Raymond AUBRAC et de M. Francis LAHAUT, maire de Saint Claude. A la tribune ont pris place, outre les deux personnalités citées, Messieurs Fernand IBANEZ, Jean MACHURON et Jean-Claude HERBILLON Coprésidents du Comité départemental de l’ANACR.

       Il remercie M. le Maire de St Claude et son Conseil Municipal d’avoir bien voulu accueillir le congrès départemental de l’ANACR en mettant gracieusement la salle Bavau-Lançon à la disposition des congressistes et en offrant un vin d’honneur à l’issue des travaux du congrès. Il remercie M. le Sous-préfet, Melle Léa Santoni, directrice de l’Office Départemental des Anciens Combattants du Jura ; leur présence honore la ville se St Claude très impliquée au sein de la Résistance dans le Haut Jura, dès lors que la Fraternelle a été un véritable vivier de tous ceux qui refusaient d’obéir au gouvernement de Vichy. St Claude paiera très cher son engagement : Barbie et ses sbires arrêtent 302 san-claudiens, le 9 avril 1944, 186 ne sont pas rentrés.

       En terminant son allocution de bienvenue, René Lançon rend un hommage appuyé à Raymond Aubrac, arrêté à Caluire le 23 juin 1943, évadé le 21 octobre 1943, membre l’assemblée consultative d’Alger, puis Commissaire de la République à Marseille en 1945, Grand Croix de la Légion d’Honneur en 2010, membre du Comité d’honneur de l’ANACR au plan national.

 

Intervention de M. Francis LAHAUT, Maire de Saint-Claude :

 

       M. Lahaut remercie M. le Sous-préfet et Melle Santoni, directrice de l’ODAC du Jura, d’avoir bien voulu participer aux travaux du congrès. Il souligne combien sa ville est honorée d’accueillir Raymond AUBRAC en cette terre de Résistance, où la Fraternelle a joué un rôle majeur ; le Conseil National de la Résistance en rédigeant le programme du CNR, le 27 mai 1943, était un espoir fabuleux dans ce monde sans joie. Rappelons la présence de 4000 personnes, au plateau des Glières, le 17 mai 2009, pour transmettre aux jeunes générations l’optimisme des Résistants, avec R. Aubrac, S. Hessel, Walter Bassan dont le film « Retour en Résistance » reste une promesse d’avenir à transmettre aux jeunes générations.

       Au printemps 1943, la Milice installée à St Claude, participe à 32 arrestations, après le défilé de 200 ouvrières puis de 300 ouvriers, devant la sous-préfecture. Les chalets du Haut Jura et les chantiers forestiers, accueillent 244 réfractaires au STO, ou volontaires décidés à désobéir à Vichy, mais chacun mesure sa responsabilité individuelle face à la mort, présente constamment. Le 9 avril 1944, Barbie et la Milice arrêtent 302 otages qui seront déportés, 186 ne reviendront pas des camps de la mort.

       La ville de St Claude est citée à l’ordre de l’armée :

« Centre de résistance active du Haut-Jura, symbole de la Résistance Jurassienne, qui a pris racine dans l’importante coopérative ouvrière « la Fraternelle », organisatrice d’un vaste réseau de ravitaillement et de transport pour les nombreux groupements de résistance implantés dans la région. Animé d’un idéal patriotique inébranlable, a tout mis en œuvre pour chasser l’occupant du sol de France en donnant un appui total à d’importants groupements de résistance. A puissamment contribué sur le plan national à l’œuvre de libération en exprimant l’âme fière de la France par l’impression, sous les presses de « la Fraternelle », et la diffusion de journaux nationaux clandestins de large audience. A attiré sur elle la fureur de l’ennemi, le jour de Pâques 1944 qui vit déporter 340 de ses fils dont près de 200 ne sont pas revenus »

       Cette citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec Palme.

       L’ANACR nous aide par son souci de témoigner : le livre « les Jours Heureux » réalisé par l’association « Citoyens d’Hier et d’Aujourd’hui » répond à cette question que nous nous posons en permanence : « Et toi, que fais-tu aujourd’hui ,.. »

 

Intervention de M. Fernand IBANEZ, Coprésident du Comité Départemental de l’ANACR, Croix de Guerre avec Palme :

 

       M. Ibanez, évoque le congrès national de l’ANACR qui se tiendra à AGEN du 22 au 24 octobre 2010. L’ANACR compte actuellement 18000 adhérents dont 280 dans le Jura. Le congrès définit les objectifs de l’ANACR et rend un hommage immortel à tous les Résistants qui ont mené les combats contre l’occupant. Les crimes commis à St Claude et dans tout le Haut-Jura par Barbie et la Milice, sont autant de raisons de ne jamais oublier d’associer toutes les victimes à notre travail de mémoire. L’ANACR veut agir inlassablement pour ne plus jamais laisser s’installer les idées de Vichy dans notre pays. On sait que le peuple allemand fut victime du nazisme dès 1933, tandis qu’Hitler mettait en pratique son programme exposé dans « Mein Kampf » dès 1922.

       La défaite de la France en juin 1940, la disparition de la troisième République, le gouvernement autoritaire dirigé par Pétain, sont autant de pages dramatiques de l’histoire de France qui ont conduit les Résistants à s’engager, peu à peu, à combattre afin de « redonner ses couleurs à la France ». La Résistance occupe une place fondamentale dans la mémoire collective.

       Pour autant, l’agitation nazie existe, en France des tombes sont abimées, le révisionnisme existe bel et bien en France mais aussi en Europe.

       L’ANACR multiplie les démarches pour que le 27 mai, journée non fériée, non chômée, soit décrétée journée nationale de la Résistance, aussi importante que celle du 18 juin, afin de rappeler la création du Conseil National de la Résistance, le 27 mai 1943, puis la rédaction de son programme, annonçant toutes les mesures de justice sociale à mettre en œuvre dès la libération, ce qui sera fait entre 1945 et 1947. La création du CNR en prouvant son unité a eu un effet décisif sur les alliés.

       Cependant, Robert CHAMBEIRON, seul survivant du CNR, ne réussit pas à faire comprendre l’importance d’une journée nationale, le 27 mai, malgré les promesses de M. Sarkozy, lors de sa campagne électorale en 2007.

       Le concours de la Résistance et de la Déportation reste un excellent moyen de sensibiliser les Enseignants et leurs Élèves, à cette période.

       La moyenne d’âge de l’ANACR, (86-87 ans) explique la place importante que prennent peu à peu les Amis de l’ANACR, pour faire face au vieillissement des Résistants. Dans le Jura, les Amis sont au coude à coude avec tous les Résistants, tels Roger Pernot, Robert Lançon, Jean Machuron, qui se sont dévoués sans compter, qui ont compris la nécessité d’œuvrer avec les Amis de leur confier des responsabilités, pour que l’ANACR soit une association bien en place, décidée à agir, dès lors que les Résistants ont passé le relai aux Amis de l’ANACR.

 

Intervention de M. Jean-Claude HERBILLON, Coprésident du Comité Départemental de l’ANACR :

 

       Jean-Claude Herbillon remercie les personnalités et les Résistants qui honorent le congrès de leur présence. Il souligne que l’ANACR du Jura ne doit pas laisser les Résistants les plus âgés dans la solitude.

       L’activité de l’ANACR est au service de la mémoire, J.C Herbillon développe les différentes activités qui ont été organisées au cours de l’année écoulée :

  • La cérémonie commémorative au Bois des Ruppes, organisée très solennellement chaque année le 1er samedi de septembre réunit une foule importante et de nombreux drapeaux.
  • Cet été, lors des manifestations à la Borne aux Lions, Jean Bourgeat, Déporté-Résistant, a été honoré par le Maire de La Pesse.
  • En février 2009, à Orgelet, un après-midi et une soirée ont été consacrés à Maurice Choquet, en présence de son épouse qui a commenté le film consacré à son mari, secondée par Jean Bourgeat et Roger Pernot ; Les élèves puis les adultes présents ont apprécié cette page d’histoire d’Orgelet.
  • Le 23 juin 2009 au CARCOM de Lons, le professeur Ducerf a expliqué l’impact du CNR et de son programme en présence de Raymond Aubrac, tandis qu’au Lycée Jean Michel, la projection du DVD sur les sœurs Bergerot permettait aux élèves de mesurer l’importance de l’aide apportée à la Résistance, par tous ceux qui s’impliquaient sans pour autant appartenir à une organisation de la Résistance. A Villevieux, Raymond Aubrac a tenu à rendre hommage aux sœurs Bergerot, après la projection du film qui leur a été consacré par Igor Barrère et conservé par l’INA de Lyon.
  • En décembre 2009 à Dole, le Professeur Ducerf a commenté le film de Robert Guédiguian « l’armée du Crime » relatant la fin tragique des Résistants du MOI fusillés au Mont Valérien en février 1944.
  • En janvier 2010, au CARCOM de Lons en présence de 300 personnes, le professeur Douzou a présenté son travail de recherche sur Lucie Aubrac aux côtés de Raymond Aubrac et, le lendemain, au Lycée Jean Michel, cette même conférence a passionné les élèves et leurs professeurs
  • En avril 2010, à St Claude, l’ANACR a participé à la projection du film sur Klaus Barbie « Mon meilleur ennemi ».
  • Les 28 et 29 mai 2010, l’ANACR a convié Christian Langeois à présenter son livre sur la vie de Marguerite Flavien-Buffard, d’abord au Collège Rouget de Lisle à Lons, puis à Chilly le Vignoble. Le public a été très intéressé par le parcours tellement courageux de Marguerite Flavien-Buffard née en 1912 dans le Jura. La cérémonie au cimetière a réuni une foule nombreuse venue honorer Marguerite, qui ne l’avait pas été depuis 1948. Lucie et Raymond Aubrac avaient été hébergés chez les parents de Marguerite à Chilly le Vignoble, avant de s’envoler vers l’Angleterre.
  • L’ANACR a participé à deux reprises à des stages, réalisés pour aider de jeunes délinquants à réfléchir ; le premier a permis de regarder et commenter le DVD sur Maurice Choquet ; le second stage a été animé par Jean Bourgeat, venu témoigner face à deux délinquants néo-nazis.
  • En septembre 2010, l’ANACR a participé à une manifestation à Poligny, afin de protester contre des faits néo-nazis qui avaient été perpétrés dans cette ville.

       JC Herbillon rappelle enfin que la Caméra de l’ANACR a permis d’enregistrer de nombreux témoignages d’anciens, et lance un appel pour que des contacts soient pris auprès d’anciens qui pourraient encore être enregistrés afin d’enrichir la collection des témoignages.

       Garance Herbillon, évoque en quelques mots, le site internet de l’ANACR du Jura, elle rend compte du gros travail que représentera la mise en place sur le site des témoignages recueillis.

       M. Ibanez remercie Jean-Claude Herbillon de l’activité déployée par le comité ANACR de LONS au service de la mémoire. Il informe le congrès du projet de la ville de Dole de baptiser une rue « Lucie Aubrac »

 

Intervention de M. Jean MACHURON, Coprésident et Trésorier du Comité Départemental de l’ANACR

 

       Jean Machuron expose la situation financière du Comité départemental.

La cotisation annuelle d’un montant de 30 € est répartie :

- 3 € pour le comité local

- 6 € pour le comité départemental

- 21 € pour l’ANACR nationale, dont 13 € pour le journal « France d’Abord »

Les recettes 2009 se montent à 1654 € dont 300€ de subvention du Conseil Général et 76€ venant du comité local de Morez.

Les dépenses, le bulletin « Résistance Jurassienne » a coûté 1288 € et il a été dépensé 300€ pour l’achat de livres pour le concours de la Résistance.

Le contrôle financier approuve les comptes 2009 et donne quitus au trésorier.

Le bilan 2010 n’est pas bouclé, le bulletin a couté 1544€, la subvention du Conseil Général a été de 365€.

La grosse dépense du Comité départemental est le bulletin « Résistance Jurassienne » l’augmentation sensible entre 2009 et 2010 est due au nombre de pages, 16 en 2009, 20 en 2010, et à une augmentation non négligeable des coûts d’expédition. C’est une dépense importante mais indispensable. Je veux rendre hommage aux rédacteurs actuels mais aussi au comité de Saint Claude qui a réalisé 3 bulletins par an pendant de nombreuses années

 

L’A.E.R.I. (Association pour l’Étude de la Résistance Intérieure) dans le Jura

 

       L’AERI est présidée par le Général Tonnaire.

       André ROBERT, membre du Comité départemental de l’ANACR, en est le chef de projet. Il remercie Melle Santoni de lui avoir permis d’étudier les archives de l’ODAC. L’équipe autour d’André Robert est pluraliste, décidée à mener à bien la réalisation du CD Rom, dans les années à venir.

       Raymond AUBRAC, précise, qu’avec Charles Ravanel ils ont créé l’AERI afin de recueillir les témoignages des acteurs pour les mettre au service des jeunes générations dans les Établissements scolaires, les médiathèques, en confrontant les points de vue de l’historien et du témoin. C’est un travail de longue haleine vu les matériaux à collationner.

 

Intervention de Melle Léa SANTONI, Directrice de l’ODAC du JURA

 

       Melle Santoni présente les excuses de Mme la Préfète qui transmet ses chaleureuses salutations aux congressistes. Elle souligne le dynamisme de l’ANACR Jura, son travail d’équipe et l’encourage à poursuivre, avec ce souci du pluralisme, comme le furent les Résistants de 1940 à 1945, lorsqu’ils représentaient l’espoir. Elle se dit très touchée et très émue par les témoignages de Raymond Aubrac.

 

Raymond AUBRAC

 

       Prend la parole pour remercier le Jura, auprès duquel il est débiteur dès lors que plusieurs familles les ont cachés et que le séjour chez les dames Bergerot et l’envol du terrain « Orion » pour l’Angleterre le 8 février 1944, restent un souvenir inoubliable.

       Raymond Aubrac précise qu’il témoigne encore 2 fois par semaine, auprès des Élèves des Lycées, il faut soutenir l’esprit critique des jeunes : « Chaque Résistant s’engage en tant qu’individu, il sait qu’il court des risques, mais il sait que ce sera utile à la France, il est plein d’optimisme ; le discours du 18 juin 1940 prouve l’optimisme de De Gaulle. Jean MOULIN, en réalisant l’unité des mouvements de Résistance, en créant le CNR, le 27 mai 1943, a été l’instigateur de ce programme pour la France dans la perspective de la libération, c’est donc un condensé d’optimisme pour l’avenir du pays, c’est le gouvernement présidé par De Gaulle 1945-46 qui appliquera le programme du CNR. Il est utile de l’expliquer aux jeunes actuels, c’est la confiance, l’optimisme qui ont réussi à fédérer toutes les forces au service de la France, parce que notre société actuelle ne donne pas de perspective. »

 

A LA FIN DES TRAVAUX DE CONGRÈS

Une motion pour que le 27 mai soit décrété « Journée Nationale de la Résistance » est votée à l’unanimité

La proposition de composition du Comité Directeur Départemental est adoptée à l’unanimité.

Les quatre Coprésidents de l’ANACR Jura remercient, Raymond Aubrac, M. le Maire de St Claude et se félicitent de la tenue de ce congrès ANACR.

Pour finir les participants ont écouté et parfois même chanté le chant des partisans.

 

 

 

M O T I O N

JOURNÉE NATIONALE DE LA RÉSISTANCE

 

       Depuis maintenant deux décennies, l’A.N.A.C.R. demande que le 27 mai, date anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance, devienne officiellement la « journée nationale de la Résistance »

Les pouvoirs publics quelle que soit la majorité en charge des affaires, ont toujours répondu à notre demande par des réponses dilatoires.

Nous nous sommes pleinement réjouis depuis 2006 que la date la plus importante : « l’APPEL du 18 JUIN 1940 », devienne « Journée Nationale Commémorative de l’Appel Historique à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi ».

L’association des deux dates du 18 juin 1940 et du 27 mai 1943 résulte de la réalité du combat sur le sol National et nous pensons que sans le 18 juin 1940, il n’y aurait pas eu de 27 mai 1943 mais que, sans le 27 mai, avec la création du C.N.R., sous la présidence de Jean MOULIN qui unifie tous les mouvements de résistance, l’Appel du 18 juin 1940 du Général De Gaule, n’aurait pas connu toute la légitimité Nationale.

Le congrès départemental de l’ANACR, réuni à Saint-Claude le 2 octobre 2010, réffirme avec force , que cette journée Nationale de la Résistance du 27 mai 1943, honore les Résistants et les Résistantes tombés dans la lutte pour la libération de la France et la liberté de notre peuple.

27 mai : Journée non fériée – non chômée

Moment privilégié de la transmission aux jeunes générations des valeurs et de la mémoire dans les établissements scolaires.

L’ANACR, qui déjà de son côté organise des manifestations, ne saurait se substituer à une décision gouvernementale, considère que rien ne s’oppose à cette journée officielle de commémoration du 27 mai 1943.

Nous mènerons avec l’ANACR, toutes nos actions en ce sens, en y associant celles et ceux qui ont l’esprit de la Résistance au cœur.

Motion rédigée et adoptée à l’unanimité

Au Congrès de Saint-Claude le 2 octobre 2010

 

 

ELECTION DU COMITÉ DIRECTEUR DE L’ANACR JURA

Comité D'Honneur

BROCARD Guy        LANÇON John        LANÇON Robert

PERNOT Roger        REBOLLO François        ROLLET Marthe

ROQUELLE René        SOYARD Léon        VIERJEAN Raymond

VUITTON Pierre

Présidence

Coprésident (délégué) IBANEZ Fernand Comité Jura-Nord

Coprésident (délégué) HERBILLON Jean-Claude Comité Lons

Coprésident LANÇON René Comité Saint Claude

Coprésident MACHURON Jean Trésorier Départemental

Membres

AUCLAIR Daniel        BUSSIÈRES Pierrette        DAUPHIN Christian

FIEUX Sylvie        FOURNIER Paul        GAFFIOT Thierry

GANDEL Henri        HERBILLON Garance        PALY Hubert

PANSERY Alain        PETITJEAN Paule        PUGET Simone

ROBERT André        ROUSSEY Serge

Contrôle Financier

PETIJEAN Claude        MAITRE Êve