Le choix de l'avenir

A Limoges, où elle naquit il y a 52 ans telle que nous la connaissons aujourd'ui, c'est à dire comme cette grande organisation largement ouverte à tous les Résistants, de toutes sensibilités, de tous mouvements, de tous réseaux, maquis, partis et syndicats clandestins ainsi qu'aux Français Libres, dont la capacité d'action et l'autorité ont découlé du caractère pluraliste que lui donnèrent ses fondateurs, l'ANACR a eu, en octobre 2006 et à nouveau à Limoges, un triple rendez vous avec l'Histoire, avec son histoire, avec son avenir.

Dés sa création ,l'ANACR n'a pas seulement affirmé sa vocation de défense des droits des résistants mais elle a appelé d'une façon constante à la défense des valeurs de la Résistance,qui ne sont pas acquises une fois pour toutes mais doivent être placées sous la surveillance des "sentinelles de la mémoire" que doivent être les Résistants et,de manière plus large,tous les citoyens et toutes les citoyennes qui ont au coeur l'amour de la liberté et des vertus républicaines.

L'impitoyable loi de la vie a écarté et écarte progressivement de l'action ou de l'exercice des responsabilités ces"sentinelles de la mémoire" que sont les Résistant(e)s,alors même que les résurgences du fascisme,la xénophobie,le racisme,la persistance des guerres nécessitent plus que jamais de poursuivre les combats entamés par les Résistant(e)s il y a plus de 65 ans.

En décidant au Congrès de Limoges d'ouvrir les rangs de l'ANACR aux femmes et aux hommes attaché(e)s aux valeurs de la République qui n'ont pas connu la période de la Guerre mais qui ,au sein des groupes d'Ami(e)s de la Résistance-ANACR,se sont rangés à leurs côtés dans l'action de défense des valeurs de la Résistance,les Résistant(e)s ont fait le choix de créer les conditions de la poursuite de cette lutte,de leur lutte,avec eux et après eux.